Crossing Souls

Critique par Yann Grenier

Le développeur indépendant Indie Fourattic a levé des fonds pour le jeu sur Kickstarter en 2014. Quatre ans plus tard et avec l’aide de l’éditeur Devolver Digital, Crossing Souls est un jeu de rôle d’action qui assume fortement sont côte hommage aux années 80. Il est parsemé de références aux Goonies et au Terminator, et même beaucoup à Stranger Things, ses cinématiques et sa bande-son font un excellent travail et rendent le jeu encore plus nostalgique . Un jeu parfait pour la Switch.

39468541_234095307252971_4635673990596132864_n

C’est un voyage nostalgique dans les années 80, mettant en vedette un groupe d’enfants qui se retrouvent dans une situation disant assez particulière  quand ils trouvent une pierre mystérieuse qui leur permet de jeter un coup d’œil dans le monde des esprits. Bien sûr, certains groupes paramilitaires  sont également à la recherche de la pierre et, bien sûr, il appartient à nos  héros de sauver le monde. Aussi simple quelle peut paraître l’histoire est surprenante et prenante. La plupart du jeu à un style rétro pixel art, les cinématiques ont une apparence de bande dessinée low-fi complète avec des lignes statiques comme si vous jouiez sur un vieux  bêta poussiéreux.

39535914_939596776234512_2157899489153646592_n.png

Crossing Souls a fière allure et frappe fort pour certaines options, vous voudrez d’un jeu comme celui-ci. Vous vous promènerez dans des lieux comme une arcade, une librairie de bandes dessinées, le lycée, un manoir fantasmagorique et plusieurs autres pièces dont de belles surprises cachées (comme une petite NES dans la chambre). Vous jouez  un personnage à la fois, et chacun des enfants a un ensemble de compétences différent: Matt brandit un pistolet à rayons et a des lance-roquettes; Joe peut faire glisser des objets et porte des coups de poing puissants; Charlie a un fouet qu’elle peut lancer à grandes vitesses. Le protagoniste Chris est le mieux adapté, mais chaque personnage complète bien le groupe.

39568071_1799253106823165_3245556023645175808_n

J’ai aimé passer d’un personnage à un autre pour accomplir des tâches. Les énigmes ne sont pas trop difficiles et les combats non plus, tout est simple et amusant. De plus, si vous jouez trop vite, vous risquez de vous retrouver dans une situation difficile. Vous ne rencontrerez pas beaucoup d’éléments de restauration de santé, et vous ne pourrez pas améliorer vos personnages ou leur donner de nouvelles capacités. Les callbacks des années 80 de Crossing Souls sont parfois géniaux et décroche un sourire assez facilement comme la maison Poltergeist. Le jeu repose sur la nostalgie dans un contexte moderne, comme le fait un peu l’excellente série Stranger Things.

39557743_250158012493002_9180823277617020928_n.png

Les  personnages sont finement, ou plutôt totalement, stéréotypés: le nerd, la fille, le protagoniste héroïque, le seul ami qui est une personne de couleur, mais cela lui va comme un gant. Les révélations  parcelles l’importance  de son histoire un peu kitch. Le grand méchant, Major Oh Rus , est forcément un génie du mal avec des sbires qui l’écoute aux doigts et a l’œil, c’est fou comment il est caricatural.

39442347_653708668362797_8730497378265595904_n.png

Son gameplay est simple, mais très efficace, vous avez énormément  faire et à découvrir . De nouvelles facultés viennent par la même occasion donner encore plus de force à ce petit jeu surprenant. Le tutoriel est très bien fait et vous donne tous les infos qu’il vous faut pour bien progresser, mais franchement ça se joue 10/10 .

Lorsque j’ai vu l’esthétique du jeu pour la première fois, je croyais que Crossing Souls serait un jeu décevant, comme quoi il ne faut pas se fier à la première impression ! Nous avons ici un jeu très bien balancé et franchement divertissant (bien que pas assez long à mon goût) qui en vaut sérieusement le détour. C’était clairement  une entreprise ambitieuse pour la petite équipe de Fourattic, qui a relevé le défi haut la main.  Il est tellement agréable de parcourir le monde de 1986 de Crossing Souls que je peux maintenant dire haut et fort que je suis un fan fini.

Merci à l’équipe pour e code-presse qui a permis la réalisation de ce test et la découverte d’un jeu au delà de mes attentes.

Note: 8.75/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s