Demetrios: The Big Cynical Adventure

Critique par Yann Grenier

Je suis un fan fini des jeux d’aventures point-and-click, c’est pourquoi j’ai été attiré par Demetrios: The Big Cynical Adventure qui est une légère vision moderne des plus vieux jeux du  genre.  Le nom de Demetrios suggère un conte mythologique épique, mais en réalité, le jeu parle d’un adulte  lâche, Bjorn, qui, comme le dit le sous-titre, se lance dans une grande aventure à tendance cynique. L’histoire commence quand un mystérieux voleur arrive chez Bjorn et l’assomme, le tout pour lui voler une tablette étrange.

47038918_298356014129710_8281926123378442240_n

Les premiers chapitres suivent Bjorn qui parcourt Paris en essayant de traquer le criminel, son aventure l’amènera dans des pays étrangers pour découvrir le mystère derrière la tablette manquante.  Demetrios  ne manque pas d’esprit et sa progression (logique) est vraiment un pur plaisir à compléter. L’écriture n’est peut-être pas pour tous, se focalisant sur l’humour noir et grossier, mais pour ma part je trouve que ça donne de la gueule au jeu, cela  permet l’histoire de progresser sans moment d’ennuis.

46963778_721396038259844_1618462772280950784_n.png

Le jeu est sans vergogne brut et lubrique. Les blagues vont des insinuations vagues aux visuels. La plupart des énigmes et des dialogues sont construits autour de ce type d’humour juvénile – et j’adore. Le jeu est sans aucun doute une réussite justement par la prise de risque en poussant à fond l’humour et cela lui donne beaucoup de personnalité. Il ya des moments d’esprit dans le dialogue à travers les one-liners de Bjorn qui sont complètement absurde et amusant. En parlant de cela, Bjorn est un imbécile peu aimable et sans grand charisme, ce qui fait étrangement sont charme.

46963778_721396038259844_1618462772280950784_n1.png

Il n’y a pas de voix, donc les lignes dépendent des éléments visuels. Les dessins de personnages caricaturaux ressemblent à une bande dessinée style Européen, mais c’est un modèle stylisé qui convient à l’humour du jeu. Sur le plan musical, la bande son est OK, c’est peut-être le point le moins intéressant du jeu, sans être mauvaise elle est peut-être trop simple. Le gameplay est réalise  au code  de ce style classique de pointer-cliquer avec ses arrière-plans riches et une myriade de choses sur lesquelles cliquer. Comme pour les autres jeux du genre, le but est de résoudre des énigmes en trouvant des objets, en combinant des objets, en faisant des choix de dialogue favorables et en remportant des mini-jeux.

47038918_298356014129710_8281926123378442240_n1.png

Au cours de mon voyage de huit heures, j’ai passé une bonne partie de mon temps à rire et trouver les solutions les plus loufoques que possible. Un truc drôle et l’un des point que j’ai le plus aimé chez Demetrios, c’est de découvrir les nombreuses façons dont Bjorn peut mourir. Le jeu garde la trace et récompense les joueurs qui sont prêts à choisir la réponse manifestement incorrecte simplement pour conduire leur protagoniste à une disparition prématurée. Les scènes de mort ont une superbe écriture.

Un classique en devenir ?!? Je commence à y croire…

Merci à l’équipe de Cowcat Games pour le code-presse et la belle découverte !

Note: 8/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s