Spinch

Critique par Yann grenier

Spinch est un jeu complètement éclater où vos talents pour les jeux de plate forme seront mise à dur épreuve, vous devez sauver votre progéniture dans ce monde psychédélique à défilement horizontal. Plongez au cœur d’une nouvelle écologie regorgeant de voies multiples, de niveaux lumineux et d’obstacles complexes. Transcendez le royaume matériel et prenez votre vrai forme en tant que Spinch, un organisme hyper-agile.

Forcement ce genre de jeu demande que votre timing et vos réflexes soient à leur meilleur. Vous avez les mouvements classiques comme le Dash, l’esquive, la grimpe, la nage, le saute et le tir. Le jeu, sans être un copié/coller de super Meat Boy, à sensiblement le même genre de gameplay. Prise en main immédiate et fun assuré. Le jeu, sans être incroyablement long, offre six mondes et six boss énigmatiques.Vous aurez à collecter des objets pour vous donner le dessus lors de la recherche de vos bébés disparus, il y en a pas mal. Le titre, bien que dur, offre la chance de pas perde de vie. Le jeu est accueillant pour les joueurs de toutes les expériences, mais un défi redoutable, spécialement pour les speedrunners.

Durant votre progression dans les mondes de Spinch, il est préférable d’explorer chaque niveau pour trouver vos cousins roses et pointus, et forcément toute votre progéniture. Certains mini-jeux viendront agrémenter l’expérience de jeu de belle façon. Les fans de plateformes brutal et les plus occasionnels ont de quoi les s’occuper et s’amuser à leur propre vitesse. Les niveaux sont souvent surprenament long et très bien pensés.

Visuellement, on est ici dans un pur délire psychédélique tout simplement magnifique et original. Le monde de Spinch a été conçu et animé par le talentueux dessinateur canadien primé Jesse Jacobs, connu pour son travail de ligne précis et détaillé en combinaison avec des palettes de couleurs audacieuses et simples. Ses œuvres contiennent une affiliation avec le psychédélisme, la spiritualité, des réalités alternatives et un mélange de nature et de technologie. James Kirkpatrick, bien connu pour sa participation aux débuts du mouvement graffiti canadien et en tant qu’artiste hip-hop d’avant-garde, Thesis Sahib, a créé le paysage audio des extraits sonores rétro et des sons électroniques que l’on trouve dans Spinch. Un univers incroyablement éclaté, mais pourtant cohérent. La symbiose incroyable entre gameplay, visuel et la sono donne une expérience incroyable qui mérite assurément le plus d’attention possible.

Une merveilles visuelle de style rétro psychédéliques accompagné de contrôles précis pour se précipiter, esquiver et sauter des surfaces pour survivre contre les araignées néons, les énormes vers arc-en-ciel. Une bande sonore qui en surprendra plus d’un avec des compositions écrites sur des Gameboys modifiés et des instruments faits à la main en boucle. Spinch est définitivement un must have.

Merci à l’équipe d’Akupara Games et de Queen Bee Games pour le code -presse.

Note: 9/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s